A l’opéra de Bayreuth, on ne joue que du Wagner !

Wagner rêve d'un opéra grandiose

Si le nom de Wagner évoque le musicien, celui-ci se considérait d'abord comme un poète s'exprimant par le moyen du théâtre lyrique : il se considérait comme un penseur et un créateur de mythes. En 1849, après une suite d'échecs, il conçoit un rêve grandiose : Si le public ne le comprenait pas, il fallait l’instruire, et face aux difficultés rencontrées pour monter ses œuvres dans les théâtres, il lui fallait posséder son propre théâtre où l'on jouerait uniquement ses drames lyriques (Le Vaisseau fantôme, Tannhäuser, Lohengrin, Tristan et Isolde, L'Or du Rhin, La Walkyrie, Siegfried, Le Crépuscule des dieux, Les Maîtres Chanteurs de Nuremberg, Parsifal). 

Richard Wagner
Richard Wagner

Restaurer le caractère sacré du théâtre antique

Le compositeur, qui haïssait la frivolité, voulut restaurer le caractère religieux et sacré du théâtre antique. Grâce à son mécène Louis de Bavière, il fait construire, à Bayreuth en Allemagne, un Palais des Festivals ne devant servir qu’à la représentation de ses propres opéras, en précisant que « Parsifal » (qualifié de « festival scénique sacré ») ne doit jamais être représenté ailleurs, cela serait considéré comme un simple amusement.

A l'été 1876 se tient la première représentation complète de L'Anneau du Nibelung, du 13 au 17 août. Bayreuth accueille de nombreux compositeurs (Anton Bruckner, Edvard Grieg, Camille Saint-Saëns, Piotr Tchaikovski...) et têtes couronnées (les empereurs Guillaume Ier d'Allemagne, Pierre II du Brésil,  Louis II de Bavière...). C'est un désastre financier: la seconde édition du Festival n'aura lieu qu'en 1882, avec la création de Parsifal le 26 juillet.

Wagner et l'opéra: une oeuvre d'art totale

Aussi, depuis sa création en 1876, le festival de Bayreuth, l’un des plus prestigieux au monde, se tient chaque été au Palais conçu par Wagner pour pouvoir réaliser sa conception de l'ouvrage lyrique : une « œuvre d'art totale » (en allemand Gesamtkunstwerk), concept esthétique issu du romantisme allemand et apparu au xixe siècle en Europe.

Quelques milliers de passionnés ont le privilège d’assister aux représentations de ce festival unique en son genre. La demande étant presque huit fois supérieure à l’offre, la liste d’attente est de cinq ans minimum !


 

N'hésitez pas à partager cet article !

jean-serge Lubeck

Rédacteur, concepteur, community manager et...mélomane

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*