Bach = 14 !

« Johann Sebastian Bach » par Elias Gottlob Haussmann — http://www.jsbach.net/bass/elements/bach-hausmann.jpg. Sous licence Domaine public via Wikimedia Commons - https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Johann_Sebastian_Bach.jpg#/media/File:Johann_Sebastian_Bach.jpg
Jean-Sébastien Bach

Jean-Sébastien Bach et la numérologie

Le 28 juillet 1750 s’éteignait Jean-Sébastien Bach, aujourd’hui considéré comme l’un des plus grands génies de son époque. Œuvres pour instruments solistes, pour clavier, musique de chambre, cantates sacrées : il a porté à la perfection toutes les formes de la musique

Jean-Sébastien Bach et le nombre

Ce que l’on ignore le plus souvent (car les spécialistes ont mis longtemps avant de les déchiffrer), c’est que le compositeur a imbriqué de nombreux messages codés dans la grande majorité de ses œuvres. Utilisant le principe de « gématrie » attribuant aux lettres la valeur correspondant à leur place dans l’alphabet (A=1, B=2, C=3 etc.), il utilisa, en toute connaissance de cause, les nombres 14 et son renversement 41 (correspondant à BACH : 2+1+3+8=14) pour édifier la structure de nombreux morceaux. Ainsi des motifs comptent 41 notes, la Passion selon Saint Matthieu compte 14 chœurs, etc.

Autre subtilité utilisée par le compositeur : en Allemagne, le nom des notes s’écrit avec des lettres : B, A, C et H correspondent aux notes si bémol-la-do-si. Dans toute sa musique, Bach a volontairement inclus sa signature, en utilisant les notes correspondant aux lettres de son nom. Pour certains musicologues, il serait comme le « passage étroit » ayant canalisé toute la musique l’ayant précédé, permettant l’émergence des formes d’expression actuelles.

Le catalogue de ses œuvres (identifié par les initiales BWV, signifiant « Bach-Werke-Verzeichnis », catalogue des œuvres de Bach) lui attribue environ 1100 références, témoin de son extraordinaire créativité. Parmi ses œuvres majeures figurent les « Concertos Brandebourgeois », « Le Clavier bien tempéré », « les Passions (selon Saint Jean et selon Saint Matthieu) », la « Messe en si mineur » et « L’Art de la fugue ».

 

jean-serge Lubeck

Rédacteur, concepteur, community manager et...mélomane

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*