Bernard Pisani: le spectacle en fête !

Bernard Pisani: le spectacle en fête !

Homme de théâtre, metteur en scène, comédien, chanteur, danseur et chorégraphe… Entretien avec Bernard Pisani.

 

Gloriamusica :

Bernard, merci d’avoir accepté de répondre à quelques questions pour nos lecteurs. Pouvez-vous rapidement nous résumer comment s’est passé  le démarrage de votre prestigieuse carrière ?

metteur en scène comédien chanteur chorégraphe
Bernard Pisani

Bernard Pisani :

Je suis entré à l’Opéra de Paris à l’âge de 8 ans pour y apprendre la danse classique et j’y suis resté jusqu’à l’âge de 15 ans ! Sept années passionnantes et de passion qui furent déterminantes quant à mon ouverture sur le monde de la musique et des arts en général. Puis, au sortir de l’Opéra, une rencontre magnifique : Jean Anouilh, mon « père de théâtre » ! Se succéderont quatre pièces  coup sur coup de ce génial auteur qu’il mettra également en scène avec quelle maestria ! J’enchaîne ensuite les tournages pour le cinéma et la télévision notamment un feuilleton « La Déesse d’Or »avec un certain Patrick Dewaere !

J’ai dû interpréter 200 fois le rôle de Néron !

Après avoir écrit et joué un « one man show délirant », je me suis ensuite tourné vers la comédie musicale : Bonaparte dans l'Opéra Rock « La Révolution Française » au Théâtre Mogador ainsi que deux spectacles avec Annie Cordy restée depuis mon amie. Ensuite intervient un tournant déterminant dans mon parcours de comédien : Interpréter le rôle redoutable de Néron dans « Britannicus » de Racine, que je mets également en scène au Théâtre Mouffetard, au Palais des Festivals de Cannes, puis dans bon nombre de Maisons de la Culture et Maisons d'Opéra. J’ai  dû interpréter plus de 200 fois le rôle de Néron ! Je ne m’en lassais pas !

Vint ensuite mon entrée dans l’univers magique du lyrique par le plus grand des hasards ! Ayant participé à Radio France aux « Brigands » d’Offenbach avec un rôle magnifique : « Antonio Le Caissier », le directeur du Théâtre des Champs-Elysées (Georges-François Hirsch), présent dans la salle, m’engage le soir même pour interpréter Don Pedro de Hinoyosa dans « La Périchole » d’Offenbach mise en scène de Jérôme Savary !

Suivirent le Grand-Théâtre de Genève, l'Opéra des Flandres (Anvers), l’Opéra-Comique, le Théâtre de Paris et bon nombre d’opéras de France et d’Europe qui m’accueillent toujours régulièrement aujourd’hui.

Le fait d’avoir à mon actif la danse, le théâtre et le chant a décidé Jean-Louis Pichon (alors directeur de l’Opéra de St Etienne) de me confier la mise en scène de la célèbre comédie musicale : « Irma la douce », puis « La grande Duchesse de Gérolstein » d’Offenbach en co-production avec l’Opéra de Marseille et cela fût pour moi un sésame qui m’a ouvert la porte de bon nombre de Maisons d’Opéra.

 

« Zémire et Azor » de Grétry (La Belle et La Bête version opéra).

« La Belle Hélène », « Iphigénie en Tauride », « l’Amour Masqué », « l’Opéra de Quat’ Sous », « Carmen », « Mozart », « La Flûte enchantée », « l’Enlèvement au sérail « … etc … toutes ces mises en scène sont des cadeaux que je porte dans mon cœur !

Je viens de mettre en scène récemment « Zémire et Azor » (La Belle et la Bête) à l’Opéra Royal de Wallonie : Un autre immense bonheur !

 

Gloriamusica :

Bernard, quels sont vos prochains projets ?

Bernard Pisani :

Une reprise imminente, la septième, de ma « Belle Hélène » à l’Opéra de Tours en décembre prochain, presque enchaînée avec une quatrième reprise de « l’Opéra de Quat’ Sous » en mars 2016 à l’opéra de Toulon. Puis, en mai 2016, « Nabucco » de Verdi à l’Amphithéâtre 3000 de Lyon, une salle magnifique de 3000 places avec 25 mètres d’ouverture de plateau ! De quoi bien s’amuser !... (rire).

 

Gloriamusica :

Après « La Belle Hélène », monter « Nabucco », n’est ce pas la démesure ?

 

Bernard Pisani :

Avec La Belle Hélène je dirige 50 artistes sur scène ! Il y en aura à peu près deux fois plus pour « Nabucco » et c’est l’ouvrage qui le demande pour ma plus grande joie ! Il faut gérer les déplacements des artistes du chœur et j’adore ça ! Il est pour moi plus ardu de monter un Offenbach qu’un opéra! Dans un Offenbach il faut gérer le chant bien sûr, mais aussi la comédie et la danse et cela n’est pas simple pour le metteur en scène, ni pour le chef d’orchestre et les chanteurs qu’il faut savoir ménager tout en ne les ménageant pas trop car ils sont maintenant rompus à tout ! Des artistes complets que j’admire profondément.

Pour un opéra nous avons en général plus de temps alloué pour les répétitions et je ne trouve pas cela toujours équitable, mais c’est ainsi.  Je ne veux pas dire pour autant qu’un metteur en scène se croise les doigts pour monter un opéra, bien loin de là !!!

Etant familier de l’Opéra de Paris depuis l’âge de 8 ans, je ne me sens pas impressionné par les grandes salles, bien au contraire je m’y sens à l’aise!

 

Faire ressortir le coté « bulles de champagne » d’Offenbach !

Mettre en scène un Offenbach n’est pas chose facile ! Il faut cultiver le coté « bulle de Champagne » de cette musique divine ! J’ai mis en scène « La Périchole » à l’Opéra de Metz, « La Grande Duchesse de Gérolstein», et « La Vie Parisienne » dans plusieurs Maisons d’Opéra et je totalise sept  reprises de  ma « Belle Hélène » : Capitole de Toulouse, Opéras de St-Etienne, Metz,  Avignon, Reims, Toulon et bientôt Tours en décembre 2015.

 

Une grande tendresse pour Offenbach !

J’ai bien sûr une grande tendresse pour Offenbach à qui je dois une belle entrée dans le monde lyrique, mais il y a un ouvrage que j’adorerais monter : «Dialogue des Carmélites », j’adore cette musique ! Parmi les opéras Mozartiens, j’ai eu le bonheur de mettre en scène « l’Enlèvement au sérail », « La Flûte Enchantée », et « Don Giovanni » et je souhaiterais maintenant monter le Don Juan de Molière au théâtre.

 

Gloriamusica :

Quelle œuvre vous a particulièrement ému ?

Bernard Pisani :

J’ai eu un grand choc avec « Iphigénie en Tauride » de Gluck que j’ai mis en scène à Marseille, Angers et Tours !

Cette musique magnifique qui ne m’était pas particulièrement familière est rentrée d’emblée dans mon corps et dans mon coeur.

L’univers baroque aussi m’attire énormément et monter « le Couronnement de Poppée » de Monteverdi me comblerait de joie. Hélas une telle production coûte une fortune et du fait de la crise actuelle cela fait partie pour le moment du domaine du rêve !...

J’aimerais également revenir un peu au théâtre. Je sais que mon image est celle d’un metteur en scène d’opéra et d’opéra-bouffe ! Nous sommes dans un pays où il est rassurant de vous mettre dans des cases et de n’en surtout rien bouger, mais je suis heureux d’avoir, à force d’opiniâtreté, un peu réussi à faire accepter à la profession mes différentes disciplines ! Et je suis toujours partant pour mettre en scène un musical !

 

Gloriamusica :

Que pensez-vous de Wagner pour qui l’Opéra était une œuvre d'art totale (Gesamtkunstwerk) puisque réunissant sur un même lieu les œuvres vocales chorégraphiques et musicales ?

Bernard Pisani :

Je n’ai pas une grande sympathie pour le personnage mais je suis quand même obligé de reconnaître son génie ! Mes origines me font surtout apprécier l’opéra italien.

Gloriamusica :

Quel personnage de l’opéra trouvez-vous le plus intéressant ?

Bernard Pisani:

D’emblée je dirai Don Giovanni ! Le personnage est tellement complexe que fouiller à l’intérieur de l’homme est un régal pour une super direction d’acteur ! J’ai aussi une certaine tendresse pour Léporello.

Gloriamusica :

Quels conseils donner a un jeune metteur en scène arrivant aujourd’hui ?

Bernard Pisani:

Qui suis-je pour me permettre de donner des conseils à des plus jeunes alors qu’il m’arrive bien souvent d’apprendre d’eux ? En revanche transmettre à de jeunes artistes ce qui m’a été offert généreusement par quelques fortes personnalités rencontrées tout au long de mon parcours professionnel est un devoir et un bonheur sans cesse renouvelés.

Je recommande surtout aux jeunes d’être curieux !

Allez au cinéma, au théâtre, au concert, au ballet, à l’opéra ! Et puis lire et dévorez la vie !

 


Bernard Pisani et Gabriel Bacquier

 

 

site de Bernard Pisani 

La Belle Hélène d'Offenbach Opéra d'Avignon

 

Partages 128

jean-serge Lubeck

Rédacteur, concepteur, community manager et...mélomane

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*