Isabel Garcisanz: une grande Dame de l’Opéra évoque sa carrière

Isabel Garcisanz, une Grande Dame de l'Opéra

Nul besoin de se déplacer à Bayreuth, ou Salsbourg, pour rencontrer des grandes voix de l’opéra. Débordante de gaité et de jovialité et habituée des scènes européennes, Isabel Garcisanz s’est imposée dans tous les principaux rôles Mozartiens. Même si cet extraordinaire parcours lui a permis de côtoyer les plus grands noms de la musique, c’est cependant avec beaucoup d’humilité qu’elle a accepté de nous accorder une interview, afin d’évoquer quelques souvenirs de sa brillante carrière internationale.

Prix de Chant, Solfège et Piano au Conservatoire de Madrid

Gloriamuisica. Bonjour Isabel, et merci d’avoir accepté de nous recevoir pour répondre à quelques questions. Pouvez-vous nous dire quel a été l’évènement déclencheur de votre brillante carrière ?

Isabel Garcisanz. C’est un peu difficile, car ma carrière s’étale sur plus de 50 années !  Je vais cependant essayer de répondre brièvement. J’habitais à cette époque à Séville, avec mes parents, et on m’avait souvent dit que j’avais un don pour le chant. Mon entrée – à l’âge de 16 ans - au Conservatoire de Madrid m’a donné la chance de rencontrer - aux cotés de Pilar Lorengar, qui était également son élève- Angeles Ottein, l’un des meilleurs professeurs de chant de l’époque.

En même temps que l’allemand et l’anglais, j’étudiais au Conservatoire piano, harmonie, histoire de la musique, accompagnement !

A 19ans, après l’obtention de mes prix (Chant, solfège et piano) au Conservatoire, on m’a tout de suite engagée pour donner mon premier concert avec orchestre, c’était à Valladolid. Puis j’ai obtenu une bourse pour étudier à Vienne, car je souhaitais surtout étudier le lied et…Mozart , avec Eric Werba.!

Je suis donc partie à l'Akademie für Musik de Vienne, puis j’ai effectué ma première tournée avec l’orchestre symphonique de Bilbao avec Rafael Frühbeck de Burgos qui en était à ce moment le directeur. J’avais alors 21 ans.

"Bernard Lefort m'a prise en exclusivité pour l'Europe"

Gloriamusica : Pouvez-vous nous parler de votre agent, Bernard Lefort ?

Isabel Garcisanz: Après avoir commencé à faire des tournées dans toute l’Espagne - en chantant surtout le répertoire des lieder, que je connaissais bien - je suis venue à Paris (j’avais 27 ans à l’époque) passer une audition au théâtre des Champs Elysées. J’ai eu la chance d’avoir été remarquée par Bernard Lefort qui est devenu mon agent. Il m’avait entendue à Barcelone, et m’a prise en exclusivité pour la France et toute l’Europe. Il deviendra par la suite directeur du Festival d’Aix en Provence, puis directeur musical de l’Opéra de Paris. N’oublions pas que nous lui devons d’avoir également pris sous son aile des grandes voix comme José Van Dam, Placido Domingo ou Montserrat Caballé : la liste est éloquente !

J’ai pu rencontrer entre autres Alain Lombard, Georges Prêtre, et j’avais comme chef de chant les extraordinaires pianistes qu’étaient Jeannine Reiss et Irène Aïtoff.

Mais c’est avec le Père Martin, à ST. Eustache que j’ai chanté des Oratorios, Bach, Haendel, Mozart, Pergolese…

Plus tard, avec Radio France j’ai eu l’occasion de chanter le  «War Requiem » de Britten à Saint Germain de Près… j’ai adoré !!

J’ai fait mes débuts à Vienne dans le rôle de la Comtesse du « Comte Ory » de Rossini , en alternance avec celui de l’enfant dans « L’Enfant et les Sortilèges » de Ravel, où j’avais comme collègues, Mady Mesplé, Lucia Popp et Michel Sénéchal.

Pendant six années de suite je suis allée au Festival de Glyndebourne ou j’ai eu l’occasion de chanter « L’Heure Espagnole » de Ravel, « L’Ormindo » de Cavalli, «Il Turco in Italia » de Rossini, et « Cosi fan tutte » de Mozart

J'ai chanté les opéras de Mozart : 8 rôles en tout !

C’est à Strasbourg que j’ai chanté les opéras de Mozart (ce qui représentait quand même 8 rôles en tout !). En plus de l’opéra de George Delrue « Medis et Alissio », la « Périchole » et « Tatiana », de Eugène Ognéguin.

G. Et la musique espagnole ?

J’habite Paris depuis longtemps et je pense que  je suis certainement la plus parisienne des espagnoles de cœur ! La musique espagnole est profondément ancrée dans moi. Ainsi, j’ai travaillé avec Frederico Mompou, grand compositeur espagnol, Xavier Montsalvatge, Joaquin Rodrigo, Jesùs Guridi et Eduardo Toldrà…

Maurice Ohana m'a dédicacé "La Sybille", pour voix et percussion

Gloriamusica : Isabel, pouvez-vous nous donner votre sentiment par rapport à la musique contemporaine ?

Isabel:  Oui, la musique contemporaine représente une grande part de ma vie musicale. Depuis mon entrée au Conservatorio de Madrid, à l’âge de 16 ans, j’ai eu « un choc » en écoutant le « concert pour deux pianos et percussion »  de Bela Bartok. En allant à Vienne je suis allée chez Maurice Ohana… Le destin a bien fait bien les choses, car en épousant un français, je suis venue habiter Paris, et là, notre collaboration a été, pour moi, d’une grande richesse. D’abord j’ai enregistré les « Cantigas ». Puis il m’a dédicacé « La Sybille », une monodie pour voix et percussion. Ensuite sa « Messe», que j’ai créee au Festival d’Avignon, puis à Notre Dame, et Radio France pour l’enregistrement avec Hanna Schaer, sous la direction de Charles Ravier.

J’ai créé de nombreuses œuvres des compositeurs de notre temps

Parmi mes créations d’œuvres, je peux citer « Le Bonheur dans le Crime » d’André Casanova, à Toulouse,« Mariana Pinéda » de Louis Saguer, à Marseille « Aliana » de Pierre Ancelin, à Radio France « Don Perlimplin et Bélise en son jardin » de Claude Arrieu ,à Tours  « les Chants Espagnols » et la « Messe » de Maurice Ohana, « Médis et Alyssio » de Georges Delerue avec Opéra du RHIN de Strasbourg en 1976, « Noces d'Ombre » de Tolia Nikiprowetzky, et enfin, à Toulouse, la « 2ème Symphonie » de Mihalovici à Radio-France.,

Ma dernière création est celle du « Chatêau des Carpates » de Philippe Hersant, en 1992 avec l’Orchestre Philharmonique de Montpellier sous la direction de David Robertson. Il y a un compositeur américain que j’adore, George Crumb. A deux reprises j’ai chanté « Ancient Voices of Children », sur un texte de Garcia Lorca… quelle belle œuvre !! En tout, je pense avoir totalisé 49 enregistrements de musique contemporaine …la liste est très longue car cela me passionne !

G. Classique ou contemporain : est-ce que la formation musicale diffère ?

I.G. A mon avis, si l’on n’a pas une formation classique, on ne peut pas bien interpréter la musique contemporaine. En principe tous les musiciens contemporains ont une formation classique….c’est comme dans la dance…

G. Quels rôles avez-vous aimé le plus chanter ?

J’avais constaté plus d’une fois que j’allais un peu à contre cœur, car j’avais du mal à mettre ma sensibilité au service de la partition. L’exemple, Micaëla de Carmen». On m’a toujours « poussée «  à le faire car… j’avais la voix ( ce qui me disait la regrettée Janine Michaud ). Je l’ai beaucoup chanté, mais je n’avais pas le plaisir comme avec Mozart, Rossini, Puccini, Poulenc… et avec les Lieder et les mélodies, c’était la même chose !

La musique a une exigence « impitoyable » !!

G. On a souvent parlé des « grandes voix du passé ».  Que pensez-vous des artistes d’aujourd’hui ?

I.G. Il y a des actuellement des jeunes avec de très belles voix, comme dans toutes les époques. Même si, malheureusement on ne donne pas assez de place aux chanteurs français. Ils ont un avantage que nous n’avions pas….ils peuvent écouter les plus grands chanteurs, et avoir de points de repère pour l’interprétation grâce à internet…mais RIEN ne remplace le travail personnel. Nous avons « la chance » de consacrer nôtre vie à la musique…mais elle a une exigence « impitoyable » !!!!

L‘enseignement n’occupe-t-il pas une grande place dans votre activité ?

Bien entendu : j’adore enseigner, c’est ce que je fais depuis 20 annéesJ’enseigne à l’Ecole Normale de musique de Paris, et l’été prochain, je donnerai, comme chaque année, des Master Classes. Transmettre ce que j’ai appris est essentiel !!

propos recueillis le 1er septembre par Jean-Serge Lubeck

Site d'Isabel Garcisanz

Isabel Garcisanz interprète les "Cantigas" de Maurice Ohana. Choeur de chambre de l'ORTF  Ensemble "Ars Nova" de l'ORTF direction Marcel Couraud

Maurice Ohana: Sybille, for soprano, percussion and tape-recording. Isabel Garcisanz, soprano.


jean-serge Lubeck

Rédacteur, concepteur, community manager et...mélomane

8 pensées sur “Isabel Garcisanz: une grande Dame de l’Opéra évoque sa carrière

  • 10 septembre 2015 à 23 h 44 min
    Permalink

    En effet, c’est un bel article sur Isabel Garcisanz : Une très belle personne avec une voix généreuse et de plus, elle a la passion de l’enseignement, et ça… C’est vraiment rare parce que c’est une recherche différente pour chacun. La voix n’est pas une science basée sur l’anatomie ou l’organe, c’est un savoir sur la réceptivité du corps et la beauté du son dans sa fabrication. C’est l’art le plus beau.

    Répondre
  • 15 septembre 2015 à 16 h 50 min
    Permalink

    Merveilleuse chanteuse et professeur remarquable…Une grande dame de la Musique, qui, par sa générosité et son exigence, amène tant de jeunes chanteurs sur les grandes scènes professionnelles!

    Répondre
  • 17 septembre 2015 à 8 h 06 min
    Permalink

    Bravo Isabel tu es une artiste totalement accomplie, une voix exceptionnelle un parcours ambitieux voila une carriere reussie et qui peut en inspirer beaucoup . Transmettre cette passion c’est aussi un beau message d’amour pour les autres. Tu es dans mon coeur depuis le temps ou tu faisais tes vocalises a Thierenbach , je me souviens de ce soir ou tu m’as enmene te voir jouer les Noces de Figaro au Theatre de Colmar , moment qui a marque ma vie de petite fille et quelques annees apres je t’ai rendu visite a Paris ou tu m’as enmene voir chanter Mady Mesple, souvenir de jeunesse qui reste grave a tout jamais. Ma grande Amie je te souhaite encore beaucoup de plaisir dans tout ce que tu accomplies tu es une Artiste formidable talentueuse genereuse et toujours aussi belle. Je t’attends a Dubai …. bises.

    Répondre
  • 17 septembre 2015 à 17 h 47 min
    Permalink

    Iisabel fut mon professeur magnifique et rigoureuse,passionne par l art du chant et je lui dois une technique base sur la souplesse et la fluidite du son,
    Elle est une grande dame du monde musical et rayonne toujours d une energie de vie hors du commun et d une flamboyance qui inspire respect et admiration.

    Répondre
  • 20 septembre 2015 à 15 h 26 min
    Permalink

    Merci pour cette interview qui retrace en partie la carrière d’Isabel Garcisanz, que j’ai eu la chance de suivre. C’est une belle artiste portée par son art. Je n’ai qu’un regret, elle a quitté la scène trop tôt à mon goût, car elle pouvez encore donner beaucoup.
    C’est avec passion qu’elle enseigne pour assurrer la transmission de son Art.
    Avec mes sentiments très admiratifs.

    Répondre
  • 25 septembre 2015 à 9 h 06 min
    Permalink

    Quelle carrière et quelle diversite d’œuvres! C’est étourdissant….Une belle personne et une grande dame avec laquelle j’espère travailler encore longtemps.

    Répondre
  • 8 novembre 2016 à 23 h 31 min
    Permalink

    Artiste lyrique d’exception d’origine espagnole, Isabel Garcisanz a su s’imposer grâce à son professionnalisme et sa gentillesse. Aussi exigente pour elle-même que par rapport à ses partenaires ; elle a sillonné le globe et chanté avec les plus grands. Diversité d’oeuvres, de répertoires, une curiosité insatiable ont conduit, la brillante Soprane bien loin de ses terres d’origines et lui ont permis d’ acquérir tant une grande culture musicale qu’une grande ouverture d’esprit ….Eclectisme donc
    Aujourd’hui, elle devient vecteur de savoir, en effet, elle a été nommé professeur à l’Ecole Normale de Musique de Paris
    Nous souhaitons donc à Isabel Garcisanz, bonne continuation, en tant que Chanteuse lyrique d’abord, et Professeur, deux activités qu’elle mène de main de maître, brillante sur le plan pédagogique, infatigable et toujours enthousiaste!

    Répondre
  • 11 novembre 2016 à 11 h 24 min
    Permalink

    Beaucoup d’admiration pour cette grande dame de l’Opéra …

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*