Wolfgang Mozart ne s’apellait pas Amadeus !

Mozart ne s'apellait pas Amadeus !

Johannes Chrysostomus Wolfgangus Theophilus Mozart est baptisé le lendemain de sa naissance dans une chapelle de la cathédrale Saint-Rupert de Salzbourg. Son acte de baptême porte les prénoms de Joannes Chrysostomus Wolfgangus Theophilus.

Theophilus, signifie « aimé de Dieu » (Theo = Dieu et Philus = aimer), a pour équivalent allemand : Gottlieb (Got = Dieu et Lieben = aimer) que son père lui attribue un mois après sa naissance).

Mozart qui s'amuse à transformer ses prénoms (il se fait aussi appeler Mozartini, ou Gangflow, Mozart à l'envers...) décide de traduire "aimé de Dieu". Cela donnera en italien Ama (pour Aimé) - déo (pour Dieu) = Amadeo, prénom adopté lors de son voyage en Italie notamment.

Theophilus traduit en latin, c'est Ama-deus !

Mozart, enfant prodige

 

Mozart naît le le 27 janvier 1756 à Salzbourg (principauté du Saint-Empire romain germanique). Enfant prodige, mort à 35 ans (le 5 décembre 1791), il laisse une oeuvre impressionnante tant sur son volume (626 œuvres répertoriées dans le catalogue Köchel) que sur l'empreinte qu'elle a laissée dans l'histoire de la musique.

Il aurait, dès son plus jeune âge, montré des talents exceptionnels pour la musique. Ainsi, dès l'âge de quatre ans, le jeune musicien révèle des dons prodigieux pour la musique: il sait déchiffrer une partition et jouer avant même de savoir lire, écrire ou compter. Il compose déjà ses premières œuvres à l'âge de 6 ans, son premier opéra à 11 ans !

Mozart et Haydn: une grande amitié

Mozart fait la connaissance, à Vienne, de son illustre aîné Joseph Haydn, avec qui il entretiendra tout au long de sa vie une correspondance régulière. Les deux compositeurs s’appréciaient réciproquement. Ainsi, Léopold, le père de Mozart, rapporte que Joseph Haydn lui aurait dit :

« Je vous le dis devant Dieu, en honnête homme, votre fils est le plus grand compositeur que je connaisse, en personne ou de nom, il a du goût, et en outre la plus grande science de la composition. »

 

Haydn à Léopold Mozart

 

Œuvres sacrées, Concertos pour instruments solistes, Opéras, Symphonies, Musique de chambre et bien sûr le Requiem : son Art excelle dans tous les genres de musique. Son nom est passé dans le langage courant, comme synonyme de maîtrise, voire de perfection.

La mère de Mozart est inhumée à Paris 

Plaque commémorative à la mémoire de la mère de Mozart, en l'église Saint-Eustache à Paris
Plaque commémorative à la mémoire de la mère de Mozart, en l'église Saint-Eustache à Paris

Alors qu’elle se trouvait à Paris en juillet 1778 lors d’une tournée de son jeune fils, la mère de Mozart tombe malade. Elle meurt le 3 juillet 1778 (actuellement au 8 rue du Sentier où se trouve une plaque commémorative).

Ses obsèques eurent lieu en l'Église Saint-Eustache de Paris en présence de son fils, et son corps fut inhumé dans le cimetière attenant à l'église. Le registre paroissial de Saint-Eustache indique : En ce jour, Marie-Anne Pertl, âgée de 57 ans, femme de Léopold Mozart, maître de chapelle à Salzbourg, Bavière, qui mourut hier rue du Groschenet, a été enterrée dans le cimetière en la présence de Wolfgang Amédée Mozart, son fils, et de François Heine, trompette dans la cavalerie légère de la Garde royale, un ami.

 

Signature_de_Mozart_registre_paroissial_de_Saint-Eustache_Paris_3_juillet_1778
Signature de Mozart, dans le registre paroissial de l'église Saint-Eustache de Paris

 


vous avez apprécié cet article ? n'hésitez pas à le signaler sur les Réseaux Sociaux !

jean-serge Lubeck

Rédacteur, concepteur, community manager et...mélomane

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*