Le lac des cygnes : qui est le cygne noir ?

Le lac des cygnes : qui est le cygne noir ?

Le Lac des cygnes : Tous les secrets de ce ballet

S’il est un ballet connu par beaucoup de personnes, il s’agit bien de celui de Piotr llitch Tchaïkovski. En effet, le Lac des Cygnes n’est plus à présenter tant sa popularité est grande. Toutefois, lors de la première représentation ce fut une grande déception pour le compositeur. Le Lac des cygnes, le plus célèbre des ballets, drame intemporel qui fait écho à celui vécu par son compositeur, a failli rester dans l’ombre. C’est pourtant grâce à la vision unique d’un Français que nous pouvons encore assister à cette merveille aujourd’hui.

Les partitions de la première version modifiées

En 1877, le ballet n’est apprécié de personne, même son compositeur ne retrouve pas l’œuvre qu’il avait composée lors des représentations. La raison, les partitions ont été arrangées et modifiées par le chorégraphe Julius Reisinger. Il songeait que la musique était inadaptée à la danse. Ce n’est alors qu’au changement de chorégraphe que l’œuvre obtient le succès du public russe.

Une ballerine au rôle principal : une première !

En effet, c’est bien la première fois que l’on peut voir une ballerine en tant que premier rôle. Odile, la princesse-cygne est l’un des rôles phare de l’opéra de nos jours.

Le Lac des Cygnes à Paris : Une revalorisation des rôles masculins

L’œuvre met de nombreuses années pour arriver jusqu’à Paris. Lorsqu’elle y parvient, le chorégraphe Rudolf Noureev modifie alors la fin de l’acte I afin que le prince ait un solo ou il peut exprimer ses émotions. L’objectif est aussi d’apporter un aspect psychologique plus fort au sein du ballet.

Le prince Siegfried doit se marier. Sa mère, la reine, veut organiser un grand bal afin qu’il trouve sa future épouse. Le prince, lui, rêve d’un mariage d’amour. La nuit venue, de désespoir, il part chasser dans la forêt. Il aperçoit alors un cygne qu’il s’apprête à tuer lorsque celui-ci se transforme en une jeune femme prénommée Odette. Celle-ci, victime du sort du sorcier, se métamorphosait en femme la nuit et cygne le jour. Seul un amour éternel pourrait la sauver de ce sortilège.

 Pour l’en délivrer, le prince accepte de l’épouser. C’est sans compter sur la perfidie du sorcier Von Rothbart, qui présente au prince Odile, un cygne noir, à qui il a donné les traits d’Odette. Siegfried tombe dans le piège, et désigne Odile comme sa future épouse… tandis qu’Odette la jeune femme-cygne meurt de chagrin.

Cette histoire d’amour impossible, ce prince qui doit respecter les convenances, font écho au drame vécu par Tchaïkovski. C’est, lui aussi, par convenance, qu’il s’est marié afin de cacher son homosexualité. C’est, pour lui aussi, un drame que de ne pas pouvoir vivre l’amour dont il rêve.
Si célèbre soit-elle aujourd’hui, l’œuvre n’a pourtant pas connu le succès espéré, du vivant de son compositeur.

Le Lac des Cygnes : Un Français au secours du ballet

Piotr Ilitch Tchaïkovski compose Le Lac des Cygnes en 1871, pour son neveu et sa nièce. Il crée la musique et le scénario sur la base d’une légende allemande.
En 1877, le projet devient réellement un ballet. Quelques représentations sont données à Moscou. Le public apprécie, mais ce n’est pas encore le chef-d’œuvre que nous connaissons aujourd’hui. Son succès se fait attendre.
L’intervention du chorégraphe français Marius Petipa, en 1895, avec l’aide du danseur russe Lev Ivanov, changera tout. Le Français va amener à ce ballet sa dimension internationale. Malheureusement, Tchaïkovski, mort deux ans plus tôt, n’aura pas eu le temps d’assister au triomphe de son œuvre.

La version « rêvée » pour l’Opéra de Paris

Avec ses nombreux remaniements par différents chorégraphes, Le Lac des cygnes est sans cesse réinterprété. Mais sa version la plus sombre est sans aucun doute celle de Rudolf Noureev.
En 1984, il réalise, pour l’Opéra de Paris, des modifications qui vont mettre en valeur le rôle masculin du prince. Tous ses songes, mêlés à la réalité, sont magnifiés.

La version « rêvée » de Noureev devient la nouvelle référence: Le succès du Lac des cygnes est, sans conteste, l’œuvre conjointe de nombreux artistes. Compositeurs, chorégraphes, danseurs, chacun contribue à faire vivre ce ballet. C’est sans doute en cela que l’art est intemporel.

Une œuvre aux multiples versions

Le Lac des Cygnes connait un tel succès qu’il fut repris dans de nombreuses versions, avec des fins différentes. Sur le grand écran comme à l’opéra, le ballet russe est présent souvent. On le voit dans Billy Elliot, il est repris en 1955 à Londres ou les cygnes sont des hommes. Dans Black Swan en 2011, Nathalie Portman doit incarner les deux cygnes. On remarque alors que l’intégralité du film est orientée autour du ballet.

Noureev danse Le Lac des cygnes avec le Ballet de l’Opéra

Written by:

15 Posts

View All Posts
Follow Me :
error: Content is protected !!