23.3 C
Paris
samedi, avril 13, 2024
spot_img

Le Voyager Golden Record, une bouteille à la mer interstellaire

Voyager Golden Record : un disque vinyle dans le cosmos !

Dans les années 1970, l’humanité a pris une initiative audacieuse en lançant les sondes spatiales Voyager 1 et Voyager 2. En plus de leurs missions d’exploration des planètes extérieures au système solaire, ces vaisseaux spatiaux portaient un message extraordinaire à d’éventuelles intelligences extraterrestres : le Voyager Golden Record. Imaginé comme une bouteille à la mer cosmique, le Voyager Golden Record est une capsule contenant une sélection de sons et d’images représentant la diversité et la richesse de la vie sur Terre. Cet article explore l’histoire, le contenu et l’impact de cette incroyable réalisation de l’humanité.

L’idée audacieuse du « Voyager Golden Record »

L’idée de placer un enregistrement audiovisuel représentant la Terre sur les sondes Voyager a été proposée par l’astronome Carl Sagan, fervent défenseur de la recherche scientifique et de l’exploration spatiale. Sagan a été soutenu par une équipe de scientifiques et d’artistes qui ont travaillé ensemble pour créer le contenu du disque. Le but ultime était de partager une part de la culture terrestre avec d’éventuelles civilisations extraterrestres intelligentes.

La contenu du Voyager Golden Record

La tâche de sélectionner le contenu du Voyager Golden Record n’était pas aisée. L’équipe voulait inclure une représentation équilibrée de la vie sur Terre, incluant la musique, les sons naturels, les langues et les images. La sélection finale comprenait 115 images, des salutations en 55 langues différentes, des sons de la nature, et une variété de musique allant du classique au folklorique. Des compositions de grands compositeurs tels que Ludwig van Beethoven et Wolfgang Amadeus Mozart côtoyaient des chants et musiques traditionnels de différentes cultures du monde.

Conception du disque d’or Voyager

Le Voyager Golden Record a été gravé sur un disque en or plaqué de cuivre de 30 centimètres de diamètre. L’utilisation de l’or était destinée à garantir la durabilité du disque pendant des milliards d’années, même dans l’espace intersidéral. Les enregistrements audio ont été encodés sous forme analogique, accompagnés d’un guide expliquant comment les reproduire. Bien qu’aucune des sondes Voyager ne se dirige vers une étoile en particulier, Voyager 1 passera à moins de 1,6 années-lumière de distance de l’étoile Gliese, actuellement dans la constellation Camelopardalis , dans environ 40 000 ans.

L’envoi dans l’espace

Le 20 août et le 5 septembre 1977, les sondes Voyager 1 et 2 ont été lancées depuis la Terre. Elles sont destinées à sortir de notre système solaire, dans un voyage dont la destination n’est pas connue. Chacune transportait un exemplaire du Voyager Golden Record fixé à leur côté. À l’intérieur du disque, une gravure indiquait l’emplacement de la Terre dans l’espoir qu’un jour, une civilisation extraterrestre découvrirait notre planète grâce à ces informations.

Le contenu du disque

Le Voyager Golden Record regorge de trésors culturels. Il présente d’abord une salutation en langage universel du secrétaire général des Nations Unies de l’époque, Kurt Waldheim, suivie d’une introduction par le Président des États-Unis, Jimmy Carter. Le disque contient ensuite une sélection de musique allant de la flûte de Pan à Beethoven, en passant par des chants de différents peuples et cultures du monde entier. Les sons de la nature tels que le vent, la pluie et le tonnerre complètent cette composition sonore interstellaire.

L’héritage du Voyager Golden Record

recto du disque

Le Voyager Golden Record reste l’une des initiatives les plus inspirantes de l’histoire de l’exploration spatiale. Bien que les sondes Voyager continuent de voyager dans l’espace interstellaire, elles ne se rapprocheront jamais d’une autre étoile avant des dizaines de milliers d’années. Cependant, le message musical éternel qu’elles portent continuera à témoigner de la créativité, de la diversité et de la beauté de la vie sur Terre.

Le Voyager Golden Record voyage dans l’espace infini

Le Voyager Golden Record incarne le désir de l’humanité de se connecter avec l’inconnu et de partager son héritage culturel. C’est une célébration de la vie, de la musique et de la diversité qui inspire et émeut les générations présentes et futures. Grâce à cette capsule temporelle, nous avons envoyé une partie de nous-mêmes dans l’infini de l’espace, dans l’espoir qu’un jour, elle atteindra les oreilles et les yeux d’une autre intelligence dans l’univers. C’est un rappel poignant que, malgré nos différences, nous sommes tous des voyageurs sur cette planète, explorant ensemble les mystères de l’univers. Le Voyager Golden Record reste un témoignage durable de notre désir éternel de comprendre et de nous connecter à ce qui se trouve au-delà de notre petite planète bleue.

le disque d'or gravé

Message du Président Carter lors du lancement du Voyager Golden record

Lors du lancement des sondes spatiales Voyager 1 et Voyager 2 en 1977, le président américain Jimmy Carter a délivré un message qui a été inclus sur le Voyager Golden Record. Dans son message, Carter a exprimé la vision et l’esprit d’exploration de l’humanité, ainsi que l’espoir que ce message interstellaire puisse être compris par d’éventuelles civilisations extraterrestres intelligentes.

Le message de Carter disait :

« Ce message est un geste d’amitié et d’espoir. Il porte avec lui les salutations chaleureuses de l’humanité, ainsi que notre espoir et notre prière pour une vie paisible et constructive pour tous ceux qui habitent cet univers. Nous nous adressons à des civilisations éloignées dans l’espoir d’apprendre d’elles et de partager avec elles nos connaissances. »

« Nous lançons ce message dans le cosmos. Il est probable qu’il survive un milliard d’années dans notre futur, quand notre civilisation aura été profondément modifiée et la surface de la Terre grandement transformée. Parmi les 200 milliards d’étoiles de la Voie lactée, quelques-unes — peut-être plus — peuvent abriter des planètes habitées et des civilisations voyageant dans l’espace. Nous ignorons si une telle civilisation pourra un jour voir la sonde Voyager et pourra alors comprendre les contenus enregistrés sur le disque.

Cette sonde spatiale Voyager a été construite par les États-Unis d’Amérique. Nous sommes une communauté de 240 millions d’êtres humains parmi plus de 4 milliards qui habitent la planète Terre. Nous, les êtres humains, nous sommes encore divisés en états-nations, mais ces états vont rapidement devenir une seule civilisation globale« .

Ce message reflète la perspective de l’humanité en tant que citoyens du cosmos, unis dans notre quête d’exploration et de découverte. Il montre également l’engagement de l’humanité envers la paix, la coopération internationale et l’esprit d’ouverture envers toute intelligence extraterrestre avec laquelle nous pourrions entrer en contact.

fixation du disque voyager

Le Voyager Golden Record comporte 116 images, une vingtaine de sons de la terre, un message enregistré dans environ 60 langues différentes et des extraits de bandes sonores.

Liste des musiques présentes sur le Voyager Golden Record

  • Allemagne, Jean-Sébastien Bach, Concerto brandebourgeois no 2, fa majeur, premier mouvement
  • Java, Puspawarna (Espèces de fleurs), Pura Paku Alaman gamelan
  • Sénégal, percussion
  • Zaïre, Chant d’initiation d’une fille pygmée
  • Australie, Chansons aborigènes, Morning Star et Devil Bird
  • Mexique, El Cascabel
  • États-Unis, Johnny B. Goode
  • Nouvelle-Guinée, Chanson de la maison des hommes
  • Japon, shakuhachi, Tsuru no sugomori (Le nid de la grue)
  • Allemagne/Belgique, Bach, Gavotte en rondeau issue de la partita no 3 en mi majeur pour violon
  • Autriche/Allemagne, Mozart, La Flûte enchantée, second air de la Reine de la nuit
  • Géorgie, chœur, Tchakrulo
  • Pérou, flûtes andines (kenas) et tambour
  • États-Unis, Melancholy Blues
  • Azerbaïdjan, cornemuse, Ugam
  • Russie/France/États-Unis, Stravinsky, Le Sacre du printemps, Danse sacrificielle
  • Allemagne/Canada, Bach, Le Clavier bien tempéré, Livre 2, Prélude et Fugue en do
  • Allemagne/Angleterre, Beethoven, Symphonie no 5
  • Bulgarie, Излел е Делю хайдутин (Izlel je Delyo Hajdutin)
  • États-Unis, Indiens Navajos, Chant de nuit
  • Angleterre, Anthony Holborne, The Fairie Round de Paueans, Galliards, Almains and Other Short Aeirs
  • îles Salomon, flûtes de pan
  • Pérou, chanson de mariage
  • Chine, guqin, Liu Shui (Jets débordants), de Bo Ya
  • Inde, raga Bhairavi, Jaat Kahan Ho
  • États-Unis, Dark Was the Night, Cold Was the Ground
  • Allemagne/Hongrie, Beethoven, Quatuor à cordes No. 13 en si bémol, Opus 130
Jean-serge Lubeck
Jean-serge Lubeckhttps://lubeck.fr/redaction-pour-le-web-et-le-seo
Rédacteur Web et SEO, spécialiste des recherches documentaires. Toujours à l'affût de l'information qui fera dire "tiens, je ne le savais pas" !

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Stay Connected

0FansJ'aime
0SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img

Latest Articles