16 C
Paris
lundi, mai 20, 2024
spot_img

Herbert von KARAJAN, l’un des plus grands chefs du XXe siècle

La moitié du XXe siècle marque la gloire d’Herber Von KARAJAN, considéré comme un dieu de la musique. En quoi le chef permanent du Philharmonia de Londres se démarque-t-il ? Découvrez son parcours.

Une ascension fulgurante au sommet de la gloire

Il passe son premier contrat à Ulm. Il noue une collaboration avec le metteur en scène Max Reinhardt au Festival de Salzbourg. Quand le chômage le frappe en 1935, il se dit prêt à tuer pour réussir. Il devient chef d’orchestre à Aix-la-Chapelle et séduit le public avec Fidelio de Beethoven.

Sa célébrité à Berlin conduit à une rivalité avec Wilhelm Furtwängler. Le départ de plusieurs chefs d’orchestre antinazi favorise son ascension.

Avec l’aide de Walter Legge, propriétaire d’un orchestre de studio à Londres, il enregistre « Les Noces de Figaro » et « La Flûte enchantée ». Les deux personnalités entrent dans l’histoire du disque et montent le système Karajan-Legge. En 1956, il prend la tête du Festival de Salzbourg et de l’Opéra de Vienne. Il crée le Festival de Pâques à Salzbourg et prend la direction de l’Orchestre de Paris.

Karajan accompagne de jeunes talents : Evgeny Kissin et Sabine Meyer. Tentant de placer une femme au poste de clarinettiste solo, il attise les foudres de l’orchestre et devient le chef d’orchestre le plus détesté.

Herber Von KARAJAN, un chef d’orchestre perfectionniste

Né à Salzbourg, Herber Von KARAJAN commence ses études au Mozarteum. Il tente de se frayer un chemin dans le piano, mais une déformation de la main l’empêche de prendre cette voie. Il se forme sur le tas en admirant les grands chefs dirigés l’Opéra de Vienne.

Il réalise son premier concert à succès en 1929 au Mozarteum de Salzbourg. En 1937, il dirige l’Orchestre philharmonique de Berlin avant de diriger Tristan et Isolde de Wagner à l’Opéra de Berlin. Les deux manifestations lui valent le surnom de « Das Wunder Karajan » attribué par un journaliste.

Son mariage avec Anita Güterman qui possède un quart de sang juif lui coûte son contrat à Aix-la-Chapelle. Il profite alors de ses deux ans de liberté avant de reprendre son activité avec Walter Legge.

À la mort de son rival, Karajan accepte la direction à vie de l’Orchestre philharmonique de Berlin.

Après des années entre direction d’orchestre et enregistrement de disques, il contracte une polyarthrite qui le contraint à s’asseoir pour diriger. Le chef d’orchestre meurt le 16 juillet, date de sortie de son dernier enregistrement « La Symphonie n°7 ».

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Stay Connected

0FansJ'aime
0SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img

Latest Articles