Claude Debussy raffiné et impressionniste

Claude Debussy raffiné et impressionniste

Claude Debussy, raffiné et impressionniste

Claude Debussy est un compositeur français qui s’est démarqué grâce à son style bien affirmé. Il s’est détaché des règles de l’harmonie académique et préfère suivre son instinct. Il a imposé son style dans l’Opéra, le classique, ou la musique impressionniste. Retour sur son parcours de musicien.

Un compositeur impressionniste

Bien qu’il fasse débat, le terme d’« impressionniste » en musique est utilisé pour caractériser une musique faite d’une successions d’impressions. Très sophistiquée, la musique « impressionniste » utilise un savant dosage de la tonalité avec le style modal.
Il est admis que Debussy soit le meilleur ambassadeur de la musique impressionniste. Excellent mélodiste, il utilise son génie pour mêler habilement les couleurs musicales et les modulations.

La musique de Debussy : audacieuse, mystérieuse, imprévisible

L’œuvre de Claude Debussy ne se cantonne pas dans une seule catégorie. Avant-gardiste, marquant une rupture avec la forme classique, elle est souvent décrite comme impressionniste, lyrique, symboliste voire expressionniste… Elle échappe à beaucoup de classifications traditionnelles. Parfois semblant inspirée des musiques orientales, elle anticipe tantôt le jazz, tantôt la musique contemporaine, mais reste toujours un peu mystérieuse. Facilement reconnaissable grâce à des recherches harmoniques audacieuses, et des rythmes parfois complexes, le discours musical debussyste paraît souvent à la fois logique et imprévisible

Des œuvres lyriques

La musique de Debussy est qualifiée d’impressionniste, terme qu’il réfute, car trop restrictif. Après avoir composé sa Suite bergamasque pour le piano, il affirme son style avec le Prélude à l’après-midi d’un faune en 1894. Son œuvre propulse sa carrière. Debussy devient alors le précurseur de la musique moderne.
En 1894, il écrit son opéra Pelléas et Mélisandre qui va gagner le cœur du public de New York et de Londres.
En 1908, il signe son plus grand chef d’œuvre : La Mer, une symphonie que Sergiu Celibidache qualifie de « Bible de la musique française ». Il travaille ensuite sur Nocturnes, Masques, L’île joyeuse et Children’s Corner, ce dernier est dédié à sa fille.
Il publie 2 livres de Préludes pour le piano entre 1909 et 1912. Pour rendre hommage à Chopin, il compose des Études fascinantes de modernité. Il entreprend d’écrire 6 sonates, mais ne parvient qu’à terminer 3 : Sonate pour violoncelle et piano, Sonate pour violon et piano ainsi que Sonate pour flûte, alto et harpe.

  • Hommages rendus à Claude Debussy:
  • Il obtient le Grand prix de Rome en 1884
  • Debussy est décoré de la Légion d’honneur en 1903
  • Debussy est représenté sur le billet de 20 francs créé par la Banque de France mis en circulation en octobre 1981
  • Sont nommés en son honneur l’astéroïde (4492) Debussy52, et le cratère mercurien Debussy53, situé, sur Mercure, dans le quadrangle de Debussy

Debussy : admis au Conservatoire à 10 ans !

Né le 22 Août 1862 à Saint-Germain-en-Laye, rien ne destinait Achille-Claude Debussy, fils de Manuel-Achille et de Victorine Manoury à la musique. Ses parents envisageaient plutôt une carrière de marin. Ses dons musicaux furent découverts grâce à Mme Antoinette-Flore Mauté de Fleurville, ancienne élève de Chopin et belle-mère de Paul Verlaine, avec qui il démarre ses premières leçons de piano. Le futur compositeur de « L’après-midi d’un faune » montre des prédispositions pour la musique, puisqu’il est admis au Conservatoire de Paris le 22 Octobre 1872, alors qu’il n’a que 10 ans. Achille-Claude y passe dix longues années d’étude.
Le couronnement : premier prix de Rome
Après avoir échoué au cap des éliminatoires du Prix de Rome en 1882, le compositeur de Pelléas et Mélisande y obtient le second prix avec sa cantate Le Gladiateur en 1883. La nouvelle candidature, l’année suivante, sera couronnée de succès : le jeune musicien décroche le premier prix de Rome en 1884 avec sa cantate l’Enfant prodigue ». Il obtient alors une bourse accompagnant un séjour de trois ans à la villa Médicis, qu’il rejoint en janvier 1885.
Un style novateur immédiatement reconnaissable
Dès son entrée au conservatoire de Paris, Achille-Claude se démarquait des autres élèves. Ses performances au piano sont indéniables, cependant son « jeu bizarre » subdivise professeurs et jurys. En effet, ses œuvres renferment un style tout à fait différent. D’abord, sa musique se place bien au-delà du romantisme et n’adopte aucunement l’esthétique superficielle des œuvres classiques du moment. Néanmoins, elle est exprimée de façon parfaite, mais porteuse d’une disposition secrète. Ensuite, on y retrouve parfois une liaison entremêlée avec de la musique orientale, contemporaine, et même des passages qui préfigurent le jazz. Ce qui engendre des tons plus ou moins osés et modernes de la part du compositeur du « Prélude à l’apres-midi d’un faune ». Concernant ses textes musicaux, ils sont cohérents à première vue, or imprévisible. Étant donné qu’il s’était inspiré de thèmes toujours éparpillés. Le style debussyste ramène constamment à une fin prédéfinie : une conception profonde du monde. C’est pourquoi le titre de ses œuvres est de nature évocatrice. 

« La musique est une mathématique mystérieuse dont les éléments participent de l’infini et qui est responsable du mouvement des eaux, du jeu des courbes que décrivent les brises changeantes ; rien n’est plus musical qu’un coucher de soleil. […] Seuls, les musiciens ont le privilège de capter toute la poésie de la nuit et du jour, de la terre et du ciel, d’en reconstituer l’atmosphère et d’en rythmer l’immense palpitation.
Claude Debussy (1862-1918)

Claude Debussy, un artiste affranchi des normes

Né le 22 août 1862 à Saint-Germain-en-Laye, Claude Debussy descend d’une famille modeste qui découvre la musique très tôt. À 10 ans, il passe le concours d’entrée au Conservatoire de Paris. Il entre dans la classe de Marmontel. Malgré un début prometteur, la fin de ses études s’avère décevante. Il voyage en Suisse et à Rome pour enseigner et composer sa musique avant de revenir à Paris. Il se déplace à Bayreuth en 1888 et découvre la musique de Wagner.
Le jeune homme noue des relations avec plusieurs maîtresses : Marie Vasnier, Gabrielle Dupont, Georgette Leblanc. Il épouse Rosalie Texier qu’il rejettera pour Emma Berdac. Il se marie finalement avec celle-ci. La naissance d’une fille Claude-Emma découle de cette union.
Au cours du lancement de ses livres, l’artiste est frappé d’un cancer du rectum qui ne l’empêche pas de faire une tournée en Russie. Cependant, la maladie l’emporte le 25 mars 1918.

Debussy, artiste impressionniste, s’est affranchi du traditionnel classicisme connu d’antan et s’est fixé de nouvelles règles Il aura apporté une ère nouvelle de fraicheur à la musique européenne, surtout à la musique française.

Quelques œuvres marquantes
1888-1891 : Arabesques
890-1905 : Suite bergamasque
1906-1908 : Children’s Corner
Musique de chambre
1913 : Syrinx, pour flûte
1915 : Sonate pour violoncelle et piano
1915 : Sonate pour flûte, alto et harpe
1916-1917 : Sonate pour violon et piano
Orchestre
1892-1894 : Prélude à l’après-midi d’un faune
1903-1905 : La Mer
Ballets
1912 : Jeux
1913 : La Boîte à joujoux
Œuvres lyriques
1893-1902 : Pelléas et Mélisande, drame lyrique en cinq actes sur un livret de Maurice Maeterlinck.
1911 : Le Martyre de saint Sébastien, mystère en cinq actes sur un livret de Gabriele D’Annunzio.

Written by:

Rédacteur Web et SEO, spécialiste des recherches documentaires. Toujours à l'affût de l'information qui fera dire "tiens, je ne le savais pas" !
View All Posts
Follow Me :
error: Content is protected !!