Ephémerides de la musique / 12 mars 1889 naissance de Nijinsky Le clown de Dieu

Ephémerides de la musique / 12 mars 1889 naissance de Nijinsky Le clown de Dieu

Vaslav Fomitch Nijinsky, plus connu sous le surnom de « Nijinsky le clown de dieu », voit le jour à Kiev le 12 mars 1889 de parents polonais. Danseur étoile des Ballets russes de Serge Diaghilev, cet artiste hors norme était aussi et malheureusement connu pour sa maladie mentale, la schizophrénie.

Nikinsky le clown de Dieu

Nijinsky passe son enfance en Russie. Et déjà l’école impériale de danse l’a profondément marqué. En 1904, à seulement 15 ans, il montre déjà d’énormes talents en danse. Une année plus tard, il a déjà acquis la notoriété. Sa consécration a eu lieu lorsqu’il avait 19 ans : tous les spectateurs de Paris sont ébahis par ses prouesses en danse. Il pouvait notamment réaliser plus de 10 rotations, ce qui était incroyable pour l’époque. Très rapidement, il est surnommé « Le clown de Dieu« . Le voyant danser, les spectateurs jurent qu’il défie la gravité et s’élève dans les airs. Malheureusement, sa courte carrière ne dura qu’une dizaine d’année. Son décès survint le 8 avril 1950.

Nijinsky meurt d’une insuffisance rénale doublée d’une artériosclérose et d’une hypertension artérielle. Sa sépulture se trouve au cimetière de Montmartre, à proximité de celle de Vestris.

Ses talents qui ont fait sa réputation

Sur scène, sa grâce, ses mouvements harmonieux, son rythme inégalé et sa grâce ont marqué une véritable révolution dans l’art du ballet. Ses compétences en mimétisme et ses gestes expressifs font de lui une des références dans le genre. Danseur exceptionnel, Nijinsky le clown de Dieu, a marqué les anales pour ses prestations dans les créations de Shéhérazade, du Spectre de la rose et de Petrouchka. Parmi ses célèbres chorégraphies, on peut citer le Sacre du Printemps et L’après-midi d’un faune.

Le sacre du printemps, sa première chorégraphie, est passée à la postérité. 

La folie de Nijinsky

La popularité de Vaslav Nijinsky s’explique non seulement par ses capacités de danseur mais aussi par ses troubles psychologiques. En effet, cet artiste a souffert de schizophrénie. La folie du danseur auteur du ballet « L’après-midi d’un faune » se manifeste après 1916. A cette époque l’artiste vient de terminer son dernier ballet : Till l’Espiègle. Ce problème psychologique lui a valu d’être pris en charge par les meilleurs médecins de l’époque dont Adler, Sakel et Bleuler.

 Nijinski, vêtu de bottes hautes et d´une longue tunique, dans le ballet « Le Festin »

Written by:

15 Posts

View All Posts
Follow Me :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Content is protected !!